LE PLANCHER DES VACHES

75 min, Documentaire, Québec, Canada, 2015
RéalisationProulx-Cloutier, Émile & Barbeau-Lavalette, Anaïs
ProductionJean-Philippe Massicotte
Langagefrançais/anglais
Description courte

Au cœur des splendeurs de la nature, avec une caméra attentive qui sait se faire oublier, Le Plancher des vaches suit le parcours unique de trois ados secrets et attachants qui confronteront leurs limites, découvriront le sens du lien et apprendront à vivre au rythme de la terre et des bêtes.


Acheter le DVD

Critiques de presse

Un beau regard sur le compagnonnage et une poésie rurale
comme on en voit peu au grand écran
Le Devoir

Détails du film

Synopsis

Pascale, Raphaël et Céleste ont 15 et 16 ans. Une adolescence comme les autres : les premiers flirts, les premiers deuils, les liens parentaux fragilisés. Mais ils sont littéralement… dans le champ! Ils font leur secondaire dans une petite école bien spéciale en Estrie, où l’on apprend les métiers de la terre: La Maison Familiale Rurale. Plusieurs fois au cours de l’année, ils doivent partir chacun de leur côté passer de longs séjours chez un agriculteur de la région. Ils apprennent à travailler à ses côtés et doivent s’intégrer à sa famille : une multi-championne de concours de beauté de vaches, un bûcheron refusant les grosses machines et ne jurant que par ses chevaux… Entre ces travailleurs de la terre et nos jeunes personnages se développe alors une véritable relation maître-apprenti, les deux pieds dans le vivant.

 

Équipe
Scénario et réalisation : Anaïs Barbeau-Lavalette et Émile Proulx-Cloutier
Direction photo : Julien Fontaine
Conception sonore : Sylvain Bellemare

Montage : Mélanie Chicoine
Musique : Viviane Audet et Robin-Joël Cool

Prise de son : Martyne Morin

Mixage sonore : Stéphane Bergeron

Production : Jean-Philippe Massicotte (Esperamos)

 

Partenaires financiers

Fond des médias du Canada

SODEC – Crédit d’impôts

ICI Radio-Canada

Réalisateur

Proulx-Cloutier, Émile

Finissant du Conservatoire d’art dramatique de Montréal en 2006, Émile Proulx-Cloutier a déjà plusieurs années d’expérience dans le milieu artistique. Très jeune, il a été remarqué dans les films Matusalem I et II. En 2007, il est de la distribution du film Le Banquet de Sébastien Rose. En 2008, Simon Lavoie lui confie le rôle titre du film Le Déserteur. La même année, il a aussi tourné en Suisse dans le film Opération Casablanca réalisé par Laurent Nègre. En 2010, il a joué dans Pour l’amour de Dieu, une réalisation de Micheline Lanctôt. Puis en 2012, il a défendu le rôle de Éric Bernard dans L’autre Maison, un film de Mathieu Roy.

Parallèlement à sa carrière d’acteur, Émile se retrouve derrière la caméra et réalise des courts-métrages dont Papa qui lui permet de gagner un Prix Jutra en 2005, La vie commence!, pour lequel il remporte le Prix spécial du Jury au Festival du film francophone de Namur en 2009, et Les Réfugiés. Il est aussi coréalisateur du documentaire Les Petits Géants, avec lequel il remporte le Prix Gémeaux du meilleur documentaire en 2010, et de Le Plancher des vaches (2015).

Barbeau-Lavalette, Anaïs

Anaïs Barbeau-Lavalette a réalisé plusieurs documentaires, notamment Les Petits géants (2009) et Se Souvenir des cendres – Regard sur Incendie (2010) qui emportent tous deux le prix Gémeaux du Meilleur documentaire. Elle signe deux long-métrages de fiction, Le Ring (2007) et Inch’Allah (2012), qui seront primés dans de nombreux festivals (notamment Toronto, Busan, Berlin, où il remporte le prix FIPRESCI de la critique Internationale et le Prix du Jury Œcuménique).

Au printemps 2013, la Place des Arts lui offre une carte blanche (en duo avec Émile Proulx-Cloutier). Elle y monte Vous Etes libres. L’invitation est renouvelée l’année suivante où le spectacle Vrais Mondes, documentaires scéniques propose une forme théâtrale nouvelle, saluée par la critique. Ensemble, ils coréalisent ensuite le long-métrage documentaire Le plancher des vaches en 2015. Mais leur collaboration de s’arrête pas là, ils enchaînent ensuite avec Pôle Sud, documentaires scéniques, présenté au théâtre Espace Libre en 2016, puis au festival TransAmériques en 2017. Son dernier long-métrage documentaire, Ma Fille n’est pas à vendre, date de 2017.